lundi 29 octobre 2012

15

jours pour....bonnes vacances!

vendredi 26 octobre 2012

O_O

Et n'oubliez pas, ça bouge par ici...

Koki s'engage pour tous

Du 20 au 28 octobre,  c'est la Semaine de l'égalité. Au programme, lutte contre les discriminations, réflexion sur l'identité et sur les droits garantis par la Constitution.
Discriminer qu'est-ce? C'est décréter que quelqu'un doit être tenu à l'écart parce qu'il est différent : parce qu'il a une autre origine, une autre couleur de peau, une autre religion, une autre sexualité, un handicap, parce qu'il est trop gros, trop vieux, trop bête, trop intelligent... Bref trop quelque chose qui l'éloigne de nous.
  Voila le programme de la semaine de lutte contre les discriminations à Strasbourg, il y a des conférences, des pièces de théâtre, des animations et des jeux pour toute la famille!





Et puis n'oubliez pas, l'égalité, c'est toute l'année!
Koki

jeudi 25 octobre 2012

Trop style!


Gangnam Style est une chanson du chanteur sud-coréen Psy. A ce jour , le single dépasse les 527 652 525 vues!
Ce single est sorti  15 juillet 2012 et s'est placé directement n°1 du classement coréen. Elle fait partie de la K-pop qui est un genre musical né dans le sud de la Corée, ce n'est rien d'autre que de la pop!
 Cette musique est rythmée, entraînante. La chorégraphie est drôle. Ca me fait penser à LMFAO. A découvrir d'urgence!
Nathan S. (5e6)






mercredi 24 octobre 2012

A emprunter d'urgence au CDI, les chérubins!


Ø      Titre : 100 jours en enfer
Ø   Auteur : Robert Muchamore
Ø   Illustrateur : Anne Catherine Bourdet
Ø   Editeur : Casterman
Ø   Année d’édition : 2007 pour la version en français
Ø   Traduction : Antoine Pinchot
Ø   Genre : Policier
Ø    
Ø      Biographie de l’auteur Robert Kilgore Muchamore (né le 26 décembre 1972) est un écrivain anglais, connu pour être l'auteur de CHERUB, une série de livres d'espionnage pour adolescents. Robert Kilgore Muchamore a d'abord été détective privé, avant de se lancer à plein temps dans la littérature pour la jeunesse.

Ø    Résumé : C’est l’histoire d’un garçon nommé James qui, a la mort de sa mère, va dans un pensionnat. Il est recruté par une agence secrète qui n’existe pas réellement. Dénommée CHERUB, elle emploie des enfants pour accomplir des mission d’infiltration dans des organisations terroristes ou des bandes de trafiquants. Pour des raisons de sécurité, les enfants doivent suivre un entraînement spécial de 100 jours pour pouvoir être envoyés en mission.

Ø  Le personnage principal est James, 13 ans, orphelin. Il est très malin et courageux. Il a une demi-sœur, plus jeune, avec qui il va vivre plein d’aventure.

Ø  Description : James est blond et a 13 ans quand il  est recruté par CHERUB.  Il passe beaucoup de temps à jouer au jeux vidéos et adore les sandwichs que lui prépare sa sœur (jambon – Nutella – confiture de fraise).
Ø  Portrait chinois : Si ce livre était une couleur, ce serait le noir car il y a du suspens.
                             Si ce livre était un animal, ce serait le loup car il est mystérieux.
                             Si ce livre était un plat, ce serait un oeuf car il est facile à lire
                             Si ce livre était un sentiment, ce serait la peur car il donne des frissons

                            
Si ce livre était un lieu, ce serait partout car c’est là où se passe l’histoire.
Ø  Mon avis : J’ai bien aimé ce livre car il est mystérieux et plein de suspens. C’est un livre qui décoiffe ! On ne s’ennuie pas car il y a beaucoup de péripéties, et le dénouement est passionnant. C’est un roman policier, dont les héros sont des enfants, qui ne vivent pas avec leurs parents. De plus,  après une formation de 100 jours, pendant lesquels ils souffrent beaucoup parce qu’ils doivent apprendre et faire leurs preuves, les services secrets britanniques leur confient des missions, dans lesquels ils doivent témoigner d’ingéniosité et aussi travailler en groupe. Ils vivent ensemble dans un pensionnat, et ils ont beaucoup de cours, mais l’ambiance est bonne, et leur principal loisir est  le  sport. J’aime beaucoup leurs relations parce qu’ils savent se débrouiller sans les adultes. Ce livre est aussi une histoire d’amitié entre des enfants qui s’entraident.
Le premier tome m’a donné envie de continuer la lecture. J’ai lu aussi le tome 3 dont le titre est Arizona Max, dans lequel James, doit retrouver une trafiquante d’armes, considérée comme très dangereuse, et pour cela  doit libérer son fils de prison, pour qu’il le mène à elle. Arizona Max est le nom de la prison. J’ai lu le tome 4, Chute libre, qui raconte les aventures de James et ses amis, à la poursuite d’un trafiquant de voitures,   et j’ai presque fini le tome 5, qui est un peu particulier car James doit enquêter dans une secte qui collecte de l’argent en prétextant que cet argent est destiné à la recherche médicale.

Ø  Nombre de pages : 403 (tome 1)

Ø  Difficulté du vocabulaire : moyen, ou assez facile

Ø  Suffisamment d’action : oui, beaucoup

Ø  2 Raisons : J’ai aimé ce livre car il y a du suspense et de l’aventure, et les situations sont variées, même si ce sont toujours des enquêtes policières.


Sébastian K.(5e4)

mardi 23 octobre 2012

Oh mon dieu!

Le samedi 13 octobre, je suis allée voir la comédie musicale Mamma Mia au Zénith de Strasbourg.

L'histoire est celle  d'une jeune fille qui ne connaît pas l'identité de son père. Pour la découvrir, elle lit le journal intime de sa mère. Elle y voit trois noms, trois hommes qui ont traversé la vie de celle-ci...Elle décide de les inviter à son mariage mais sans le dire à sa maman...

Sur une musique du groupe ABBA, les chanteurs et danseurs se sont produits presque deux heures. Il y avait des fans qui chantaient les chansons qu'ils connaissaient par coeur. L'ambiance était , vous l'aurez compris, très bonne!

J'avais beaucoup aimé le film adapté de la comédie musicale et qui était sorti en 2008. Et donc j'ai été déçue que les textes soient chantés en français.

Les costumes, les chorégraphies et les décors étaient en revanche magnifiques.

Lison F. (5e2)

lundi 22 octobre 2012

Du ballet!


Bonjour Isabelle Beyler, depuis quand faites vous de la danse classique ?
Depuis que j'ai l'âge de 10ans.

A partir de quand avez-vous dansé au Ballet du Rhin ?
A l'âge de 16ans.

Quel âge avez-vous ?
J'ai 49 ans.

Où donnez-vous des cours de danse ?
A l'école de danse de Bouxwiller, et au centre socio-culturel de Koenighsoffen.

Quels grands ballets avez-vous dansés ?
La petite renarde rusée, Falstaff, La veuve joyeuse, La fille de Mme Angot, La crucifixion, ...

Avez-vous pratiqué d'autres styles de danse ?
Des claquettes, du jazz, du contemporain.

Quels sont vos passe-temps favoris ?
La lecture et la peinture.

Qu'est-ce qui a été le plus dur dans votre carrière ?
Quand j'ai eu ma fracture bi-malléolaire de la cheville gauche.

Avez-vous côtoyé des danseurs célèbres ?
Non. (Tu sais, le Ballet du Rhin, ce n'est pas celui de Paris!)

Allez-vous souvent voir des Ballets ?
Oui, dès que j'en ai le temps !

Avez-vous un conseil pour de jeunes gens qui aimeraient commencer la danse ?
Qu'il n'y a rien de mieux dans la vie, que de choisir sa passion. Il faut toujours s'accrocher pour ce qu'on aime faire, et toujours persévérer  !

Emma P. 5ème5






samedi 20 octobre 2012

Consonne, consonne, consonne

Dans la classe de 4e3 de Madame Steinbach, les élèves ont joué avec les consonnes et pas les voyelles...
Une répétition d'un son consonne s'appelle une allitération...
Regardez rapidement ces nombreux écrits parfois farfelus qui grouillent d'allitérations!Et une allitération en r, une!



allitération en [b]



Un imbécile obèse roule en Abarth,
Avec un hibou et un bébé
Qui mange une banane et bois un biberon,
En regardant un rubis par la fenêtre.
Puis ils s’arrêtent et voient un ébéniste habile
Qui joue au billard avec des billes.
En sortant de la voiture, Bénabar était là, à Béthune.
Ensuite ils sont allés aux bains
Avec un tuba,
Mais le bébé n’obéissait pas et le bébé se fit un bobo.
Lorsqu’ils rentrent dans l’Abarth à l’aube,
Le bébé fut banni des sorties car il faisait le bouffon.
Il était très brusque et lorsqu’il voulait toucher la butée
Du bout de la piscine avec une brindille et une boule de billard,
On aurait dit qu’il était imbibé de bêtise, c’était un noob !
Raphaël K.


La baleine
Dans la mer,
il y a une belle baleine qui mange,
des bateaux, des barreaux,
des bagues par millier,
des belettes, des mobylettes,
des baguettes fourrées de billes,
des crabes au gout de rhubarbe.
Avec tout cela,
elle a des bobos et des bateaux dans l'estomac.
Elle perd sa force,
et commence à faiblir.
Quelques jours plus tard la baleine,
mourut.
Brandon S.



Histoire en vers

Allitération en  « L ».

1     Louis, Laura, Ophélie et Lise, quatre lyonnais, décidèrent,
.    D’aller pendant les vacances scolaires, dans leur pays préféré.
.    L’Allemagne, la Colombie, la France et le Luxembourg seront leurs                     .    Destinations.
5    Se loger dans un hôtel de luxe est très peu pour eux, qui préfèrent la simplicité,     
 Et qui veulent apprendre la culture et le développement de chaque lieu.
.    Au Parlement européen ou au Louvre se presse la foule intégrale,
.    Sans même se plaindre. Incrédule, une personne en loque,
.    Bouscula Laura et celle-ci fit tomber sa bombe de laque du sac.
10  Essayant de se lever, elle glissa sur un livre,
.    Une relique loupée appartenant à la personne en loque.
.    Sortant du Louvre, tout le groupe se pressa dans une animalerie,
.    Où Ophélie vit Olympe, un petit lapin qu’elle décida d’adopter.
.    Il avait des yeux de lynx et dévorait tout son linge.
15   La nuit tombait ; la lune apparaissait et Ophélie décida,
16   D’allumer la lumière à ce moment-là, un loup hurla.

Valentine B.

Allitération en [m] : Mémé et Mistigri
Le mardi, c'est le jour des magasins pour mémé.
Elle s'y rend en métro et le ménage attendra,
Pour ça elle ne perd pas la mémoire !
Sur le trajet elle a vu les pompiers qu'elle a essayé de mimer.
Ils ont toujours été des modèles !
Elle aurait pu faire mieux mais bon elle n’est pas très mince, alors...
Un petit mistigri se trouvait là, le mufle tout mouillé,
Avec de la mousse sur la tête, et le museau marron.
Il était au milieu d'une mare
On aurait dit un petit marin, tout mignon.
Mémé le maintient avec sa main pour lui donner un macaron
L'essuyer avec un mouchoir,
Et lui mitonner un câlin bien mérité.
Pourtant, le chaton restait muet comme un mur, il était tout morose.
Elle lui a dit quelques mots à l'oreille,
Un moustique piqua mistigri,
De son museau il est sorti un mortel petit cri, c'est sûr il a pas mué.
Mémé était contente car elle l'a entendu miauler.
Un agent de maintenance et un moniteur de ski,
Passant par-là,
Ont été attendris par cette image et ont dit:
" Qu'ils sont mignons mamie et mistigri "
" Oui ensemble ils passeront toutes les murailles ! "

Mélina L

Poème : allitération en [l]
Alain avait une louve
Qui était lourde
Mais qui savait lire
Entre les lignes.
La louve aimait faire de la luge
En pleine nuit pour voir la lune.
Un lundi l’animal a trouvé une pierre d’alun
Pour le linge.
Louis avait un lapin
Qui mangeait du Lin
Le lapin a été trouvé dans un local
Près d’une loge
Loquette avait une libellule
Qui était louche
Elle portait des lentilles
Et marchait lentement ;
Elle aimait jouer aux lego.
Laura  L.

Allitération en [t]

Titi le petit oiseau a atterri en Turquie
Pour voir son ami Tony la taupe
Qui tourne comme une toupie.
Dans le tiroir, Titi a trouvé la tétine de Théo la loutre.
Titi venait de trouver sa tunique turquoise
Que Tony la taupe avait taché, la stupide !
A Tokyo, Tintin a attrapé le traitre
Et l’a interrogé au sujet du timbre le plus taxé.

Il eut une tornade, Tintin et le traitre se sont abrités
Dans la tourelle teintée en bleu.
A la mort de Tintin et du traitre
Le tigre tenait une tulipe en main
Pour l'attirer au cimetière.


Yusuf T.


allitération en [p]

Mon pépé, avait jadis un poulet ,
Et une poule. Mais un jour,
Un pantin purpurin périmé,
Attaqua mon papi et mon papa,
Et réussit à piquer les deux bêtes. Puis il
Les fit prisonniers d'une prison pourrie.
Mon parrain a parlé du Pape, qui
Savait sûrement où étaient ces deux purs gallinacées.
Une fois là-bas, mon pote mangea du pain et de la purée dans une auberge,
Armé d'une pique, il fit peur à la police locale, qui l'enferma dans la même prison
Que les oiseaux. Les policiers lui firent prendre place sur un pot et lui donnèrent une pomme.
Trois jousr après, il réussit à fuir avec les oiseaux sur des patins à roulettes.
Une fois rentré chez mes parents,
Mon pote nous raconta tout, parla pendant longtemps et dit que le pire était
D'avaler la purée malpropre de l'auberge.

                Augustin H.




allitération en [m]
Une mouche avec un marteau             
Qui frappe Mickey
Car Mickey avait misé
Sur la moto de la mouche :
Mickey a mal, il a morflé !
La mouche repartit avec un malabar dans ses mâchoires.
Le moteur de la moto de la mouche
Avait un miroir coincé dedans.
La moto de la mouche
Tomba en panne à cause du miroir.
Heureusement la mouche croisa un mécanicien
Qui lui modifia sa moto.
En remerciement, la mouche l’aida à maçonner sa maison.
Et la mouche rentra chez elle à dos de mouton.

Martin P.

allitération en [m]
Aujourd'hui, je vais à la médiathèque avec ma maman,
Dehors tout est mouillé il a plu.
Nous passons devant le pré des moutons puis,
Nous passons devant la salle de musculation : là-bas ils sont tous musclés.
Un homme d'ailleurs vient de faire un malaise,
Bref, la météo est très mauvaise.
Nous arrivons à la médiathèque tout mouillés,
On nous donna des serviettes pour nous sécher,
On demanda des livres de momies et de mythes anciens,
La dame arriva avec les volumes, nous les prenons.
Mince, je viens de faire tomber un livre heureusement il est indemne.
En rentrant nous passons devant le musée,
Nous passons à quelques mètres d’une magnifique mosaïque.
Enfin nous arrivons à la maison avec tous nos albums.
Maxime C.




vendredi 19 octobre 2012

A la découverte de Christophe Colomb...

Jusqu'au 18 novembre 2012 à New York dans le quartier de Manhattan, si vous avez de la chance, vous pourrez découvrir une exposition très particulière...En effet, l'artiste Tatzu Nishi a eu l'idée de mettre la statue de Christophe Colomb dans un appartement à 22 mètres du sol. Pour l'observer de près, le visiteur doit gravir sept étages d'un échafaudage énorme. Cette statue de Gaetano Russo qui avait été érigée en 1892 pour l'anniversaire des 400 ans de la découverte de l'Amérique par l'explorateur peut donc être vue de très très près. Vous pouvez contempler l'oeuvre d'art en ayant l'impression d'être dans un salon !
Imaginez la statue du Christ dans votre salle à manger , la petite sirène de Copenhague dans votre salle de bains, la petite statue de la liberté de Colmar dans votre chambre à coucher!


 Estelle R.( 5e5), Louise K. et Marion G. (6e1), Julie G (5e1) et Eloïse M. (5e4)

vendredi 12 octobre 2012

Enkête à suivre...

Après l'EPS et son blog dédié à l'UNSS, voici un tout nouveau site qu'Ekokoline veut vous présenter. Il s'agit d' "Enkête d'histoire" qui sera consacré comme son nom l'indique à l'histoire mais aussi à la géographie.

Pour montrer son appartenance à la même famille qu'Ekokoline, les professeurs d'histoire-géographie du collège ont Kalifié (qualifié...) leur site avec un nom en K!

Le nom "enquête" est un "k"lin d'oeil à Hérodote (né au Vème siècle avant J-C) qui est considéré comme le "père de l'histoire" et qui a écrit Histoires (ou l'Enquête).
Un autre jeu de mots se cache derrière ce titre "enkête"... "en quête"...à la recherche de...

Alors soyez curieux!

Ce site que vous retrouverez ici et dans la colonne de droite du journal est une mine pour nos 3èmes (corrections de brevet/documents en rapport avec des sorties...) mais pas seulement!

Longue vie à Enkête d'histoire.
Koki

lundi 8 octobre 2012

O_O

Un tout nouveau blog s'est ouvert, c'est celui de l'UNSS avec une info de taille, ici ! Et dans la colonne de droite d'Ekokoline, son lien permanent!

357 mots pour les 400 ans !

Le samedi 29 septembre 2012, à 10 heures, les élèves du collège et du lycée ainsi qu'une soixantaine de personnes en costume d'époque (années 20)ont fait une dictée dans la salle de l'Orangerie.

Celle-ci parlait des souvenirs de rentrée des classes. Anatole France, écrivain français célèbre, né en 1844 et mort en 1924, y parle de l'automne, des "premiers dîners à la lampe et [des] feuilles qui jaunissent dans les arbres qui frissonnent" avec deux "s" et deux "n"!

Les sixièmes ont retranscrit le premier paragraphe tandis que les autres niveaux sont allés jusqu'au bout du texte qui était plutôt long!

Voici les difficultés des onze premières lignes:
- le verbe "rappeler" s'accordait avec un sujet inversé (placé après!)
"Je vais vous dire ce que me rappellent tous les ans, le ciel agité de l'automne, les premiers dîners à la lampe et les feuilles qui jaunissent[...]"
 - un mot qu'on employait surtout à l'époque et qui est le "cartable" de l'époque, c'est le mot gibecière.

Il fallait écrire avec une belle écriture car un prix de calligraphie (=forme des lettres )sera décerné!

Cette dictée était le point de départ de deux mois de festivités à Bouxwiller: les 400 ans d'enseignement.
Sybille M., Emilie S. Margot R. (6e1) et Lisa D. B (6e5)

Sur les photos, le corps enseignant mode années 20, le TBI a même pris des allures de vieux tableau dans certains cours....

La voici:


Je vais vous dire ce que me rappellent, tous les ans, le ciel agité de l'automne, les premiers dîners à la 
lampe et les feuilles qui jaunissent dans les arbres qui frissonnent ; je vais vous dire ce que je vois 
quand je traverse le Luxembourg dans les premiers jours d'octobre, alors qu'il est un peu triste et plus 
beau que jamais ; car c'est le temps où les feuilles tombent une à une sur les blanches épaules des 
statues. Ce que je vois alors dans ce jardin, c'est un petit bonhomme qui, les mains dans les poches et 
sa gibecière au dos, s'en va au collège en sautillant comme un moineau.  Il y a vingt-cinq ans, à pareille époque, il traversait, avant huit heures, ce beau jardin pour 
aller en classe. Il avait le coeur un peu serré : c'était la rentrée. 
  
Pourtant, il trottait, ses livres sur son dos, et sa toupie dans sa poche. L'idée de revoir ses 
camarades lui remettait de la joie au coeur. Il avait tant de choses à dire et à entendre! Ne lui fallait-il 
pas savoir si Laboriette avait chassé pour de bon dans la forêt de l'Aigle ? Ne lui fallait-il pas 
répondre qu'il avait, lui, monté à cheval dans les montagnes d'Auvergne ? Quand on fait une pareille 
chose, ce n'est pas pour la tenir cachée. Et puis c'est si bon de retrouver des camarades!  

Combien il lui tardait de revoir Fontanet, son ami, qui se moquait si gentiment de lui, Fontanet qui, pas plus gros qu’un rat et plus ingénieux qu’Ulysse, prenait partout la première place avec une grâce naturelle ! C’est ainsi qu’il traversait le Luxembourg dans l’air frais du matin. Tout ce qu’il voyait alors, je le vois aujourd’hui.
C’est le même ciel et la même terre; les choses ont leur âme d’autrefois, leur âme qui m’égaye et m’attriste, et me trouble ; lui seul n’est plus.
C’est pourquoi, à mesure que je vieillis, je m’intéresse de plus en plus à la rentrée des classes.
Anatole France